24heures Motos Suzuki rafle la mise

24h du Mans 2015

Suzuki s’offre un triomphe, rafle deux catégories et le grand trophée des 24 Heures Motos. Kawasaki assure ; Honda, Yamaha et BMW devront progresser : tels sont les enseignements de la 38e édition des 24 Heures Motos. Cette 12e victoire de Suzuki égale le record de Kawasaki au palmarès. 70 500 personnes sont venues vivre ce triomphe dans l’enceinte du Circuit Bugatti. Compte-rendu.

La 38e édition des 24 Heures Motos restera marquée par un final tout à la gloire de Suzuki qui, à l’heure de fêter les 35 années de l’équipe officielle du Suzuki Endurance Racing Team – anniversaire coïncidant avec les 30 ans de la GSX-R, son modèle mythique – s’offrait un véritable triomphe en remportant deux des trois classes dans lesquelles étaient alignées les 56 machines au départ et participant à la victoire de la Metiss en Open.

En catégorie reine (EWC), seulement retardée par une petite chute d’Anthony Delhalle en tout début d’épreuve, la Suzuki officielle n°30 voyait certains de ses adversaires directs s’auto-éliminer dès le début après avoir craint un temps la sobriété de la Honda n°111 et la vélocité de la Yamaha n°7. Celle-ci était la dernière à lâcher prise, à partir de la 9e heure de course (moteur explosé). La Suzuki n°30 conservait le commandement jusqu’à l’arrivée, seulement contrariée par un effectif réduit à deux pilotes suite à l’état fébrile d’Anthony Delhalle, qui, diminué physiquement durant la nuit ne pouvait plus assurer aucun relais à partir du dimanche matin. Il laissait à ses équipiers Vincent Philippe et Etienne Masson le soin de parachever une copie quasiment parfaite.

Du côté des adversaires, si dans un premier temps c’était bien la Kawasaki officielle n°11 placée en pole position par Gregory Leblanc, Mathieu Lagrive et Fabien Foret qui se montrait la plus véhémente, la moto la plus en vue restait la Honda n°111 de Gimbert-Da Costa-Foray mais une première perte de puissance liée à l’embrayage aux alentours de 20 h 30 annonçait le début de nombreux soucis techniques plongeant la n°111 dans les profondeurs du classement. Après une lente remontée nocturne, elle abandonnait sur problème mécanique dimanche matin.

Dans le clan Kawasaki, Fabien Foret avait fortement grevé, avant le carillon des deux heures de course, les chances de la n°11 lors d’une chute, synonyme de 13 minutes perdues au stand. Les pilotes de la moto verte ne pouvaient espérer les combler sans une défaillance de leurs adversaires. Ils effectuaient malgré tout une remontée fantastique de la 50e à la 2e place.

Du côté de Yamaha, la fable du lièvre et de la tortue pouvait s’appliquer à la n°7 et à celle du GMT 94, cette dernière parvenant à l’arrivée en 5e position à 14 tours des vainqueurs là où son homologue autrichienne abandonnait, moteur cassé, en milieu de nuit après avoir longtemps donné la réplique à la Suzuki n°30. Sheridan Moraïs porta le record du tour en 1’38’’381.

Pour son retour en catégorie reine, la BMW S 1000RR n°13 accrochait la septième place, la 5e des motos engagées en EWC après avoir animée le début de course. Le BMW Motorrad France Team penz13.com conserve ses chances dans le Championnat du Monde FIM d’Endurance 2015.

En catégorie Superstock après avoir mené plusieurs fois la course, le Qatar Endurance Racing Team (Cudlin, Al Naimi, Tizon), vainqueur en 2014 laissait la Suzuki n°72 du Junior Team LMS Suzuki s’imposer grâce à Baptiste Guittet, Gregg Black et Romain Maitre, suite à des ennuis techniques. Une machine qui lutta longtemps face à deux autres Kawasaki, les n°33 et n°4, terminant dans son sillage. L’équipage de la N°72 entrevoyait même une place sur le podium du classement général avant que les pilotes de la Kawasaki n°8 du team Bolliger Switzerland n’élèvent leur allure et subtilisent ce résultat.

La deuxième partie de course se limita donc à un duel entre une Suzuki et deux Kawasaki dans les deux catégories comptant respectivement pour le Championnat du Monde FIM d’Endurance et la Coupe du Monde FIM d’Endurance Superstock.

La victoire en catégorie Open revient à la seule machine à l’arrivée, la Metiss n°45 classée à une honorable 18e place à 43 tours des vainqueurs. Une moto à train avant innovant et basée sur une mécanique de Suzuki GSX-R pour la partie moteur, complétant ainsi le triomphe de la marque lors de ces 24 Heures Motos.

40 équipages sur les 56 engagés terminèrent ces 38e 24 Heures Motos.

La deuxième manche du Championnat du Monde FIM d’Endurance se déroulera le 25 juillet 2015 avec les 8 Heures de Suzuka (Japon).

Le prochain rendez-vous de la moto sur le Circuit Bugatti du Mans sera le Grand Prix de France, du 15 au 17 mai, cinquième épreuve du calendrier MotoGP 2015.

Ils ont dit :

Dominique Méliand (Team Manager de la Suzuki n°30 victorieuse) : « Je ne sais pas si la course parfaite existe, mais nous avons su gérer ces 24 Heures Motos par rapport à ce qui se passait en piste. Je suis très heureux de cette victoire. Ce que je trouve fabuleux, et qui donne un pincement au cœur, c’est que malgré la chute, malgré les soucis d’Anthony, l’équipe a toujours répondu présent. »

Etienne Masson (pilote de la Suzuki n°30, 1ere victoire au Mans) : « C’est ma première course avec le SERT et ma victoire. Je n’y crois pas, tout simplement. Cet hiver, j’ai découvert l’équipe et la moto, avec beaucoup d’essais. J’ai également travaillé dur de mon côté car je craignais de ne pas être à la hauteur. Nous avons connu deux ou trois soucis mais nous avons relevé la tête. Nous étions confiants, nous avons bien utilisé les pneus en course comme pendant les qualifications et ça a payé. Nous avons travaillé dur et je suis très fier de ce que nous avons fait. »

Vincent Philippe (pilote de la Suzuki n°30, 3e victoire au Mans) : « C’est une sorte de tradition : quand nous avons un nouveau pilote dans l’équipe (Etienne Masson), nous gagnons au Mans ! Cet hiver, nous avons travaillé dans une excellente ambiance. Nous formons une équipe et quand l’un d’entre nous n’est pas bien, les autres sont là pour le soutenir et faire le boulot. »

Anthony Delhalle (pilote de la Suzuki n°30, 2e victoire au Mans) : »Lors de ma chute (en début de course), j’ai tenu la moto le plus longtemps possible afin de l’empêcher d’entrer trop vite dans le bac à graviers. Puis j’ai commencé à avoir des maux d’estomac. Après mon relais du dimanche matin, je suis allé voir Dominique pour lui dire que malheureusement, je ne pourrai pas finir la course. Maintenant, je me sens mieux. »

Gilles Stafler (Team Manager du Team SRC Kawasaki, qui engageait la Kawasaki ZX10R n°11, 2e) : « Je n’ai pas l’habitude de gérer une deuxième place mais je sais que j’ai des comptes à rendre vis-à-vis de Kawasaki qui m’offre cette année la première opportunité de disputer l’intégralité du Championnat du Monde. Après la chute de Fabien, une fois la colère passée, le seul objectif était de remonter le plus vite possible au classement pour engranger le plus de points possibles au championnat mais j’aurais aimé me battre plus longtemps avec Dominique Méliand et Suzuki. Nous avions tout pour le faire ».

Damien Saulnier (team manager de l’équipe Junior Team Le Mans Sud Suzuki, vainqueur en Superstock) : « Pour Suzuki, c’est vraiment une très bonne semaine et un excellent week-end. Nous étions venus pour jouer aux avant-postes mais j’appréhende toujours cette course. Nous avons dû gérer les aléas de la course, les chutes et les petits soucis techniques. Pendant la course, nous avons été longtemps 3e au général. Mais nous savions que la n°8 était plus rapide que nous. Nous aurions aimé monter sur le podium au général mais l’objectif est atteint : gagner en Superstock. »

Emmanuel Chéron (pilote de la Metiss JLC Motos n°45, victorieuse en Open) : « La Metiss utilise un train avant spécifique, avec une roue entre deux triangles comme cela se pratique en automobile. Cette moto a un gros potentiel de développement. A l’issue de ces 24 Heures Motos 2015, nous avons compris beaucoup de choses et nous allons continuer à travailler. »

Une WebTV plébiscitée

La WebTV des 24 Heures Motos, montée par le service Nouveaux Médias de l’ACO en partenariat avec Dunlop et qui permettait tant sur tablette, Smartphone ou ordinateur de vivre les coulisses de l’épreuve et de disposer de reportages, d’interviews et d’analyses durant 26 heures, a été vu par 380 000 visiteurs (chiffres provisoires).
Ce dispositif était co-animé par Karine Lima et Patrick Rivet (de Motors TV) avec les consultants Eric Célis et Jean-Marc Deletang et réalisé grâce aux moyens techniques et humains de l’Automobile Club de l’Ouest et de la société VOProd. Il est possible d’en revivre extraits et reportages sur 24h-moto.com et lemans-tv.com.

Informations et réservations : www.24h-moto.com et www.lemans.org

Facebook : 24 Heures Moto – ACO Official

Twitter : @24heuresmoto Hashtag : #24Hmoto

Pour bénéficier des avantages réservés aux membres, rejoignez le Club ACO